• Station radioélectrique de LYON la DOUA

    Station radioélectrique de LYON la DOUA

    La station radiotélégraphique de LYON LA DOUA

     

    Ses postes à ondes courtes  en 1929 

    Station radioélectrique de LYON la DOUA

    Cet article concerne les deux postes à ondes courtes, installés en 1929, à la station radiotélégraphique de Lyon.

    Il a été réalisé à partir d’un ouvrage, à diffusion limitée, provenant de la famille Ferrié.

    Tout d’abord, avant d’aborder les postes à ondes courtes, un rapide historique de la station.

    Elle fût créée en 1914 pour équiper la France d’une puissante station radiotélégraphique, dans le cas ou Paris tomberait aux mains des allemands, privant ainsi le pays de la station de la Tour Eiffel.

    Tout d’abord équipée d’un émetteur à arc de 50 Kws, elle voit ensuite dans ses murs des postes à étincelles musicales, des alternateurs HF, des postes à circuits auto-oscillants et finalement des postes à lampes.

    Son développement a suivi l’évolution des techniques, mais il fut toujours limité par le manque d’espace quant à l’installation des antennes.

    La station sera transférée en 1960 à Saint André de Corcy.

     

    En 1929, la station est équipée deux nouveaux postes à ondes courtes qui permettent l’émission sur quatre longueurs d’ondes différentes. Ce sont ces deux nouveaux postes qui sont décrit ci-dessous

    Le poste F.Y.R.

    Le circuit oscillant, de type Hartley, est équipé d’une triode de 20 Kws refroidie par circulation d’eau. Elle peut être commutée par couteaux sur deux circuits oscillant, l’un de fréquences de 15 à 20 mètres et l’autre de 25 à 35 mètres.

    L’antenne, commune aux deux circuits est constituée d’un tube de cuivre vertical de 4,50 mètres avec un contrepoids horizontal de même longueur.

    Ce poste assure les liaisons avec l’Indochine

    Station radioélectrique de LYON la DOUA

    Schéma du circuit oscillant

     

    Station radioélectrique de LYON la DOUA

     Le montage

     

    Le poste F.Y.Q.

    Ce poste comprend deux circuits oscillants distincts pouvant être réglés, pour l’un sur la longueur d’onde de 16 mètres et pour l’autre de 30 mètres.

     

    Chaque circuit est du type symétrique simplifié, c’est-à-dire qu’une seule self est utilisée est que le couplage grille plaque est de type Oudin.

    Les lampes employées ont une puissance de 20 Kws et sont refroidies par eau.

    Les antennes employées sont horizontales et composées de deux brins égaux d’une longueur égale à un multiple entier de demi-longueur d’onde.

    Le poste FYQ assure les liaisons avec Bamako, Saïgon et Buenos-Ayres.

    Station radioélectrique de LYON la DOUA

    Schéma du circuit oscillant

     

    Station radioélectrique de LYON la DOUA

      Le montage 

     

    « Bien qu’aucun dispositif de stabilisation de fréquence soit utilisé, les correspondants se déclarent satisfaits de la constance de la longueur d’onde et un trafic important est écoulé chaque jour »

    Les postes fonctionnent sans arrêt entre 7H30 et 3H GMT, soit environ 20 heures par jour.

    _______________________________________________________________

    Etat de la station en 1942, d’après une note dactylographiée trouvé dans l’ouvrage ci-dessus :

    Poste FYN, 19,8 kcs avec alternateur HF à fer tournant « La Tour Béthenod » puissance antenne 150 Kws. Assure les liaisons avec l’Europe, la Turquie et la Perse.

    Poste FYE, 82,2 Kcs , poste à lampes avec au final une lampe SFR E/1951 de 150 Kws. Assure les liaisons avec le Portugal, le Maroc, la Suède, la Grande Bretagne et l’URSS.

    Poste FYO, 96,35 Kcs, mêmes caractéristiques que FYE, affecté depuis 1940 à la station météorologique allemande de Bron.

    Poste FYR, 11,650 et 7,894 Kcs, émissions stabilisées par quartz, puissance 20 Kws. Assure les services d’information et les liaisons avec les Colonies.

    Poste FYX, 16,130 Kcs, puissance 5 Kws. Assure les liaisons avec les colonies.

    Poste FYS, 7472 Kcs, poste équipé pour la téléphonie, affecté aux émissions de la station météo allemande de Bron.

    En août 1944, les allemands détruisent entièrement la station.